L’Ambassadrice des États-Unis en Ouganda bloquée par des soldats

Ambassadrice des États-Unis en OugandaC'est une action inédite. Jadis soucieux d'entretenir de bonnes relations avec les États-Unis, le président ougandais Museveni brûle désormais tous les ponts le liant à son allié d'hier qui ne veut plus fermer les yeux face à la dérive dictatoriale du Régime ougandais. À gauche : le président Yoweri Museveni (Wikimedia Commons, pubic domain) - À droite : l'Ambassadrice Natalie E. Brown (Wikimedia Commons, public domain)

Ce qui se passe à Kampala, la capitale de l’Ouganda, est inédit. L’Ambassadrice des États-Unis en Ouganda, Natalie E. Brown, a été stoppée par des forces de sécurité ougandaises, alors qu’elle allait s’enquérir de l’état de santé du leader de l’opposition, Bobi Wine, assigné à résidence depuis plusieurs jours.

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, est assigné à résidence depuis jeudi, peu de temps après avoir mis son bulletin de vote dans l’urne dans le cadre de l’élection présidentielle en Ouganda. Le président sortant Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, a été déclaré vainqueur du scrutin avec 59% des suffrages contre 35% pour Bobi Wine.

L’Ambassadrice empêchée par des forces de l’ordre de rendre visite à Bobi Wine

Selon un communiqué de l’Ambassade des États-Unis en Ouganda, L’Ambassadrice Natalie E. Brown a été empêchée par des hommes en tenue de se rendre chez l’opposant Bobi Wine dans une banlieue de la capitale Kampala.

Le vote de la semaine dernière, a indiqué l’Ambassade, a été entaché par le harcèlement des candidats de l’opposition, la suppression des médias et des activités de la société civile, ainsi que par la coupure d’Internet à l’échelle nationale.

« Ces actes illégaux et l’assignation à résidence effective d’un candidat à la présidence continuent d’être une tendance inquiétante sur le cours de la démocratie ougandaise », peut-on entre autres lire dans le communiqué.

L’opposant s’est lui aussi prononcé sur cette action inédite des autorités ougandaises. « Cet après-midi, l’ambassadrice des États-Unis en Ouganda s’est efforcée à me rendre visite, mais elle a été repoussée devant ma porte par des soldats qui nous gardent, mon épouse et moi, prisonniers depuis cinq jours. », a-t-il déclaré sur Twitter.

Le porte-parole du gouvernement met en cause l’Ambassadrice

D’après des éléments d’information de swissinfo, le porte-parole du gouvernement ougandais aurait réagi à ces événements. Il accuserait les États-Unis d’avoir tenté de subvertir les élections présidentielles de la semaine dernière.

« Ce qu’elle [l’Ambassadrice des États-Unis ndlr] a essayé de faire de façon flagrante, c’est de s’immiscer dans la politique intérieure de l’Ouganda, en particulier les élections, afin de subvertir nos élections et la volonté du peuple. », aurait-il entre autres déclaré.

À propos de l'auteur

muntunews
La rédaction

Laisser un commentaire

Ton adresse e-mail ne sera pas publiée.


*